Troubleyn | Jan Fabre

Preparatio Mortis

Danssolo pour Annabelle Chambon

« Grâce à Bernard Foccroulle, Jan Fabre est rentré en odeur de sainteté. » C'est ainsi que le journal français Le Figaro conclut sa critique enthousiaste du solo de danse Preparatio mortis (alors d'une durée de 15 minutes) créé par Jan Fabre pour le Festival d'Avignon en 2005. Spécialement pour la première italienne au Teatro Palladium (Rome) —dans le cadre du 25e anniversairedu Festival Romaeuropa en 2010— et pour l'édition 2010 du Festival Next (Courtai, Lille), Jan Fabre a développé la première partie et y a adjoint un second volet durant toute une soirée. Ce spectacle est sur musique d'orgue du compositeur et organiste Bernard Foccroulle, ancien directeur de l'opéra La Monnaie/De Munt (Bruxelles) et directeur du festival d'opéra d'Aix-en-Provence. Preparatio mortis est un spectacle consacré au corps, à la transformation et à l'utopie. Fabre le présente à sa manière typique, en abordant les tabous de la société contemporaine: dans ce cas, la mort, dissimulée par notre société, bannie et confinée dans l'environnement froid et stérile des maisons de soins et des hôpitaux… Dans Preparatio mortis, Fabre met tout d'abord la vie au centre de la scène car « la mort nous montre la vie sous un autre jour. La mort nous pousse à avoir une vision plus complète, plus intense sur la vie – je cherche en permanence à atteindre un post-mortem stadium of life », explique Fabre. Dans Preparatio mortis, un tapis de fleurs riant envahit une tombe de milliers de fleurs jaunes, rouges, mauves et blanches. Ce duvet coloré semble respirer en rythme; une main apparaît, un bras, une tête, deux pieds nus. La danseuse semble se lever d'entre les morts. Chaque mouvement, chaque respiration, chaque regard est un événement intense, une résurrection exprimant la soif de vivre. La mort devient un champ d'énergie positive, un moteur pour de nouveaux rêves et de nouveaux désirs. Une respiration vitale définit le rythme de Preparatio mortis: la lente respiration du tapis de fleurs qui prend vie, la respiration de la danse féline  et la respiration de l'orgue qui pompe l'air pour produire des sons.  

Credits
»


concept Jan Fabre chorégraphie Jan Fabre, Annabelle Chambon performer Annabelle Chambon composition musicale et exécution Bernard Foccroulle "Toccata" (2001) joué par Bernard Foccroulle sur l'orgue de la cathédrale de Bruxelles "Spiegel" (2005) joué par David Boos sur l'orgue Renaissance de la Grande Eglise à Alkmaar "Capriccio sopra Re-Fa-Mi-Sol" (1986) joué par Benoît Mernier sur l'orgue choral de Muri "Pulchra es" (2009) joué par Bernard Foccroulle sur l'orgue Silbermann à St Thomas, Strasbourg "Ornamented Flutes" (2007) joué par Bernard Foccroulle sur l'orgue Thomas dans le temple du Bouclier, Strasbourg "Fantasia sopra «Da pacem Domino»" (1999), joué par Bernard Focrroulle sur l'orgue Renaissance à St Jacques, Liège production Troubleyn/Jan Fabre (Anvers, BE)

Images


 
 
 


Video


close