Troubleyn | Jan Fabre

Tant que le monde aura besoin d'une âme guerrière

Avec ce spectacle carnavalesque, Fabre formule une accusation à l’encontre de la discipline organisée du corps par la société. Les gens sont transformés en poupées aseptisées et inorganiques. Les guerriers de Fabre résistent à cette tendance, et lancent leurs corps et toute l’énergie qui en découle dans la bataille. Cette énergie, ils la puisent dans la force de la métamorphose : ils se transforment en animal, en sexe, en âge… Le cri physique de la résistance est ici plus important que la cause. Fabre lui-même considère ce spectacle comme le plus politique de son œuvre. Les corps parfaits contre lesquels les individus se révoltent apparaissent sur scène sous la forme de poupées Ken et Barbie géantes. Mais plus encore qu’un symbole du corps contre-nature et asexué, elles sont aussi l’illustration du désir humain de la manipulation des autres. Les guerriers résistent en revenant à l’homme primaire : le chocolat, le ketchup et le beurre sont les symboles des fluides corporels et des sécrétions. Le corps extatique est célébré dans tout son naturel. A quelques exceptions près, Fabre a choisi une toute nouvelle équipe d’interprètes. Le langage du spectacle est très direct et instinctif, et c’est pourquoi Fabre a utilisé entre autres l’énergie du rock, afin d’apporter au spectacle la force de frappe nécessaire. « Moi, Ulrike, je crie », un texte de Dario Fo basé sur des extraits du journal de la terroriste Ulrike Meinhof, constitue le fil d’Ariane du spectacle.

Credits
»


mise en scène, scénographie & chorégraphie Jan Fabre assistante & dramaturgie Miet Martens acteurs, danseurs, musiciens Cédric Charron, Annabelle Chambon, Anny Czupper, Els Deceukelier, Lisbeth Gruwez, Erna Omarsdottir, Frank Pay, Diederik Peeters, Dag Taeldeman, Maarten Van Cauwenberghe & Jurgen Verheyen + Saskia Hoffmann & Frans-Jozef Goof musique composée par les musiciens et encore… « Strange Fruit » écrit et composé par Lewis Allan, 1940 « Killing in the name of » écrit et arrangé par Rage against the Machine, lyrics by Zack de la Rocha, 1992 « Sabotage » écrit par John Cale, 1979 « Le Chien » Paroles et musique de Leo Ferre, 1969 textes Dario Fo, « io, Ulrike, grido » (Moi, Ulrike, je crie) autres textes écrits par les acteurs costumes  Daphne Kitschen lumières  Sven Van Kuijk technique  Kris Van Aert directeur technique & son  Dré Schneider production  Hilde Vanhoutte production  Troubleyn/Jan Fabre (Anvers, Belgique) Coproduction  deSingel (Anvers, Belgique), Festival Montpellier Danse 2000, Théâtre de la Ville (Paris, France), Festival Theaterformen Expo 2000 (Hannovre, Allemagne), Théâtre Le-Maillon (Strasbourg, France) En collaboration avec  Festival iberoamericano de teatro de Bogotá 2000 avant-première 07.04.2000, Teatro Nacional, Bogotà première 14.06.2000 World Expo, Hannover

Images


 
 
 


Video


close